Nos élus

Sandra Afonso Machado

Brétigny-sur-Orge
48 ans

Responsable administrative au sein d’une entreprise essonnienne dans laquelle je suis également associée, maman de 48 ans qui a deux enfants de 25 et 21 ans, j’habite Brétigny-sur-Orge dans le 91 depuis 20 ans.
Je suis adhérente du Parti animaliste depuis sa fondation et j’attache une grande importance au bien-être animal. On me surnomme d’ailleurs “madame chat” dans ma ville puisque j’ai mené de nombreuses campagnes de stérilisation de chats errants. J’ai à cœur d’œuvrer pour que les animaux soient enfin considérés comme des êtres sensibles à part entière et que leurs droits soient respectés. Je souhaite aussi faire de la sensibilisation auprès des écoliers sur l’importance de respecter les animaux. Prendre soin d’eux c’est prendre soin de nous.

Eddine Ariztegui

Montpellier
32 ans

Je travaille comme cadre en ressources humaines et depuis une dizaine d’années je suis investi dans le milieu associatif. J’ai commencé en devenant bénévole auprès de personnes âgées en précarité sociale au sein de l’association Les Petits Frères des Pauvres, je me suis par la suite dirigé vers des associations antispécistes et faisant la promotion du véganisme. J’ai adhéré dès la création du Parti animaliste, et me suis présenté à toutes les élections auxquelles le parti a été présent. Après avoir été cosecrétaire du Bureau régional Sud-Ouest puis coprésident et membre du Bureau national du Parti animaliste jusqu’en 2019, je continue aujourd’hui mon investissement en faveur des animaux dans le cadre de mon nouveau mandat d’élu du Parti animaliste en tant qu’adjoint au maire délégué au bien-être animal sur Montpellier.

Violeta Boura

Rambouillet
60 ans

Après avoir été agent de gestion pour les œuvres sociales d’EDF, je suis aujourd’hui retraitée.
Bénévole pour la protection des animaux dans deux associations au sein d’Erka sans toit et également pour Aiko-La caze Toutous, basée sur l’ïle de la Réunion. Par ailleurs je fais partie du collectif AVA Rambouillet contre la chasse à courre.
Je me suis engagée au Parti animaliste afin de faire entendre la voix de ceux qui ne peuvent se défendre seuls.

Cécile Collet

Fontenay-aux-Roses
37 ans

Juriste en droit des collectivités territoriales et maman de 3 enfants. Sensible depuis l’enfance aux animaux et à leurs conditions de vie, je suis devenue végétarienne il y a plus de 30 ans. L’association : animal-assiette ne m’était pas acceptable. Ce fut le premier pas d’un militantisme pacifique.
J’ai comme beaucoup d’abord suivi les mouvements associatifs, notamment L214, 30 millions d’amis, fondation B.Bardot… j’ai trouvé écho dans le jeune Parti animaliste, que j’ai d’abord observé.
Convaincue de la nécessité de défendre la cause animale directement dans nos instances démocratiques, j’ai sauté le pas en 2019, en portant les couleurs du Parti animaliste aux élections municipales de 2020. J’ai été élue au conseil municipal de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine) avec la délégation à la condition animale.
Informer, sensibiliser, dialoguer sont les premiers pas d’un choix libre et éclairé. Ce même choix que nous avons perdu en fermant les yeux devant le marketing, l’industrie alimentaire ou certains lobbyings.

Prendre soin des plus faibles, quelle que soit l’espèce, nous grandit tous.

Séverine Figuls

Nantes
40 ans

Dans une démarche éco-responsable, j’ai toujours affiché mon engagement pour protéger le vivant.
Restauratrice nantaise depuis 4 ans, j’ai rejoint le Parti animaliste en janvier 2019. Dans mon restaurant, je propose une cuisine maison réalisée avec des produits frais et locaux, en culture bio ou paysanne. Les entrées, plats, desserts et tapas sont végétaliens et végétariens. Chaque jour, je m’attèle à prouver que la cuisine sans produits animaux est gourmande, rassasiante et équilibrée.
Je suis heureuse de pouvoir faire avancer le sort des animaux au sein du conseil municipal nantais grâce à ma délégation à la condition animale.

Emmanuelle Gabali-Bonnehon

Boulogne-Billancourt
61 ans

Après avoir été professeur des écoles, je suis aujourd’hui directrice depuis 12 ans. Petite je souhaitais devenir vétérinaire, soigner les animaux était mon rêve… mais pas celui de mon père. Les animaux ont toujours fait partie de ma vie, chat, chien, chevaux… ma passion. Je ne conçois pas ma vie sans leur présence. Ma première prise de conscience politique a été d’ordre écologique, auprès de Brice Lalonde. L’environnement, la nature, les animaux…

Après avoir soutenu un temps le PS, j’ai décidé de m’investir dernièrement au PA, pour défendre le droit des animaux, pour qu’enfin les animaux soient considérés comme des personnes. Je crois au combat politique. Et je suis fière que Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne Billancourt m’ait fait confiance pour intégrer son équipe et détenir une délégation sur la condition animale.

Sandra Krief

Grenoble

Je travaille dans le secteur de la microélectronique, à Grenoble, je suis dans le marketing technique.

Je me suis engagée politiquement pour les animaux car je suis fermement convaincue que la prise de conscience de tout un chacun aura bien lieu, mais trop tardivement.

Si l’on veut aller plus vite et plus efficacement dans le changement tant attendu pour les animaux, nous devons passer par les instances politiques, à tous les niveaux, tant au niveau national que local.

Siéger au conseil municipal et métropolitain est une étape cruciale dans la protection des animaux.

Tel est le sens de mon engagement.

Douchka Markovic

Paris 18
42 ans

Diplômée d’un Master en psychologie du travail et en ergonomie, j’ai travaillé quelque temps dans la recherche sur la genèse des accidents professionnels pour ensuite me spécialiser dans la formation et l’orientation des adultes.

Mes parents m’ayant transmis le respect de l’autre, j’ai depuis mon enfance toujours été animée par un profond désir de justice envers les plus faibles : les animaux et la nature. À l’âge adulte, j’ai commencé à militer dans des associations environnementales et de protection des animaux. Bénévole dans plusieurs associations, j’ai passé de nombreuses heures dans la rue, les forums, les salons à discuter avec les passant.e.s pour les informer et leur donner l’envie de changer leurs modes de consommation. En 2010, le besoin de changer de dimension dans mon action militante s’est imposé. Aussi me suis-je engagée en politique avec Europe Écologie les Verts dans le 18e. En 2014, j’ai cofondé la Commission Condition animale chez EELV et je suis devenue élue locale. Je me suis engagée au côté des parents d’élèves pour promouvoir dans les cantines scolaires les repas végétariens et l’alternative végétarienne que j’ai réussi à mettre en place depuis 2018 dans le 18e arrondissement de Paris. En parallèle, j’ai également travaillé pendant plusieurs années à la politisation du mouvement animaliste en cofondant, entre autres, le Parti animaliste. En 2020, je me suis présentée sous les couleurs du Parti animaliste et je suis actuellement Conseillère de Paris et chargée de Condition animale dans le 18e.

Sandrine Martinie Jamar

Saint-Denis
48 ans

Mariée et maman de deux enfants, j’ai pris la suite du salon de coiffure de mon père. Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours été sensible à la question du bien-être animal. Comme beaucoup d’habitants je menais de mon côté des actions, puis je me suis investie dans des associations de protection animale. Face à l’étendue des injustices, des maltraitances, et des violences envers les animaux j’ai décidé de m’engager auprès du Parti animaliste pour défendre cette cause et être désormais actrice de ce changement indispensable pour notre société.

Grégory Moreau

Grégory Moreau

Paris 11
46 ans

Je suis enseignant-chercheur en physique des particules et adjoint au maire dans le 11e arrondissement de Paris. Mon parcours a été d’abord associatif, en particulier au sein de l’Association végétarienne de France, puis politique, avec le Parti animaliste. L’opinion publique semble aujourd’hui sensibilisée à cette cause animale, alors que les mesures politiques sont rares. La souffrance animale, souvent infligée de manière

subreptice, n’a plus sa place dans notre société civilisée. La question animale est aussi intrinsèquement liée au choix du modèle alimentaire global, qui est à la croisée des enjeux éthiques, sanitaires et environnementaux de demain.

Giovanni Recchia

Melun
50 ans

Je suis coach de vie et dès ma jeune enfance j’ai pris conscience que les animaux sont des individus.

Ma maman m’a éduqué dans le respect des animaux et de l’environnement. Mais à l’âge de 5 ans, j’ai vécu un drame. J’avais un petit lapin chez mon parrain. Un jour, je me suis retrouvé dans la pièce où il avait été abattu. Il se vidait de son sang. Il a ensuite été cuisiné et mangé. J’ai été traumatisé. De ce jour, j’ai pris conscience que les animaux étaient des individus. Plus tard, j’ai fait du bénévolat dans plusieurs associations, dont la SPA, et j’ai arrêté de consommer des produits d’origine animale.

En 2016, le miracle arriva pour moi : la création du Parti animaliste, le seul parti français qui porte la question animale en politique.

En 2019, lors de la préparation des municipales, j’ai eu envie de m’engager. La signature du protocole d’accord entre le Parti animaliste et le maire le 14 février 2020, jour de la Saint- Valentin, fut pour moi la concrétisation d’un rêve. Aujourd’hui je suis le premier autiste de France à occuper un poste politique et l’un des premiers élus du Parti animaliste à œuvrer concrètement pour les animaux grâce à la délégation à la condition animale, et ce sera dans ma ville, à Melun.

Véronique Sahun

Vitrolles
55 ans

Je suis mariée, j’ai deux grands enfants et suis assistante de formation.

D’aussi loin que je me souvienne les animaux ont toujours fait partie de ma vie. J’ai l’impression d’être née avec cette passion ancrée en moi. Cet amour des bêtes m’a été transmis par mes parents, eux-mêmes fervents défenseurs de la cause animale.

Aujourd’hui élue de l’opposition à Vitrolles je poursuis cette quête pour le bien-être animal, forte de propositions et de convictions. Mon combat est et restera celui des « sans-voix ».