Le projet

Les enjeux

Le sort réservé aux animaux apparaît sclérosé depuis des siècles sans avoir connu d’évolution significative.

La société a pourtant connu au cours des dernières décennies des avancées considérables.

La question animale est elle restée paralysée.

Pourtant la prise de conscience de l’opinion publique n’a de cesse de croître sur cette question, chaque jour un nombre toujours plus important d’individus appellent de leurs vœux un changement.

Les connaissances scientifiques livrées par l’éthologie confortent plus encore la nécessité d’un tel changement.

Pour autant, les acteurs politiques n’ont pas su prendre la mesure du décalage entre cette opinion, ces connaissances et l’état du droit applicable aux animaux.

Face à ce contexte, il est impérieux d’opérer une rupture et de faire émerger la question animale dans le champ politique.

Le Parti animaliste s’est donné cette ambition.

La naissance d’un projet

Au cours de l’été 2014, lors d’un colloque sur la question animale, la création d’un projet politique autour de la question animale s’est imposée comme une étape nécessaire à son avancée.

Un groupe s’est alors formé et travaille depuis à sa concrétisation.

Ce groupe a tout d’abord étudié les outils qui permettraient de politiser la question animale et les expériences entreprises dans les autres pays.

Il a ensuite rejoint la dynamique initiée par le parti néerlandais Partij voor de Dieren (Parti pour les animaux) en participant aux rencontres internationales se déroulant chaque année et réunissant les différents partis animalistes.

Le groupe a ainsi pu échanger et s’enrichir de leurs expériences, ce qui a contribué à nourrir sa réflexion sur la construction du Parti animaliste.

Le travail de groupe s’est organisé par le biais de séminaires de travail bimestriel et de réunions hebdomadaires.

Le Parti animaliste a été officiellement créé en mars 2016.

Il a été lancé officiellement le 14 novembre 2016.

L’objet du parti

Animé par un désir de justice et de progrès, le Parti animaliste promeut une évolution de société qui prend en compte les intérêts des animaux et qui repense la relation entre les animaux et les humains.

Le Parti animaliste a pour objet :

  • d’élaborer des perspectives et un programme prenant en considération les intérêts des animaux ;
  • d’inclure dans les politiques publiques la prise en compte des intérêts des animaux ainsi que du respect de leurs ressources, de leurs territoires, de leurs habitats et de leurs mobilités ;
  • de mobiliser la société et de prendre toute initiative d’action allant dans le sens de cette évolution ;
  • de présenter ou de soutenir aux différentes élections des candidats portant les valeurs du parti ;
  • de soumettre au débat public et aux scrutins électoraux ses propositions de modification des politiques publiques et de les promouvoir dans l’ensemble des institutions.

Les valeurs du Parti animaliste

Le Parti animaliste se reconnaît dans les valeurs et principes qu’il énonce dans sa Charte.

CHARTE DES VALEURS

Préambule
La Charte des valeurs définit les valeurs fondatrices du Parti animaliste qui sous-tendent son action politique. Les membres s’engagent à respecter la Charte des valeurs et les principes qui y sont énoncés.

Article liminaire
Les animaux sont des êtres sensibles, conscients et doués d’une volonté et d’intérêts propres.
Tout être sensible est un individu possédant une valeur intrinsèque.

Justice
Une société juste implique que les intérêts des animaux soient pleinement pris en compte dans le cadre des interactions entre les humains et les animaux.

Compassion
Une société de concorde repose sur la compassion et l’éthique, institutions et citoyens doivent y concourir.

Liberté
Une société libre implique de garantir que chaque individu puisse être le sujet de sa propre vie.
Lorsqu’un conflit intervient entre la liberté de deux individus, il doit être résolu en vertu d’un principe de proportionnalité de l’atteinte portée à ces libertés.

Responsabilité
Une société responsable s’assure que les institutions, les organisations et les citoyens répondent de leurs actes et prennent en compte dans leurs décisions et actions l’ensemble des individus concernés, présents et futurs.

Durabilité
Une société durable veille à un partage équitable des espaces terrestres, marins et aériens entre tous les individus, ainsi qu’à leur accès pérenne aux ressources. Elle constitue et préserve un patrimoine commun aux humains et aux animaux.