Les animaux élevés
15 novembre 2016
L’expérimentation animale
15 novembre 2016

Les animaux sauvages et la chasse

Cohabiter autrement avec les animaux sauvages

  • Créer une Direction de la Préservation de la faune sauvage au ministère de la Protection animale.
  • Confier la mission d’évaluer l’état de conservation des espèces au Muséum National d’Histoire Naturelle, et non à l’ONCFS.
  • Supprimer le statut d’espèce “nuisible”.
  • Interdire les pièges tuants, par définition non sélectifs.
  • Développer la recherche sur les méthodes non invasives de contrôle des populations animales.
  • Protéger toutes les espèces dont le statut de conservation est défavorable en en interdisant la chasse.
  • Interdire la chasse des mammifères pendant leurs périodes de reproduction ou de dépendance des petits.
  • Protéger toute espèce migratrice faisant l’objet d’un statut de protection dans son pays d’origine (pays où l’espèce niche) en en interdisant la chasse en France lors de son survol migratoire ou de son hivernage. Garantir le plein-respect de la Directive oiseaux.
  • Renforcer la lutte contre le braconnage.

Abolir le piégeage et toutes les pratiques de chasse à des fins de loisir

  • Abolir la chasse à courre, la vénerie sous terre et la chasse en enclos.
  • Interdire les chasses traditionnelles entraînant de longues agonies (gluaux, tendelles, tenderies, lèques, lacs, matoles, etc).
  • Interdire la chasse à tir à des fins de loisir.
  • Interdire les lâchers et bannir les élevages qui en fournissent les animaux.
  • Interdire l’agrainage.

Protéger l’habitat des animaux sauvages

  • Développer les écoducs et les corridors écologiques, de manière à réduire les conflits entre la faune sauvage et les intérêts humains. Intégrer à la Trame verte et bleue des territoires réensauvagés, notamment parmi les territoires qui ne sont plus habités ou dont l’exploitation agricole n’est plus rentable.
  • Encadrer strictement les pratiques écotouristiques (safaris-photos, nages avec les dauphins, etc) de façon à limiter au maximum les incidences négatives sur les animaux dans leur environnement.

Assurer la sécurité de tous

  • Instaurer les mercredis et les dimanches sans chasse.
  • Instaurer un périmètre de sécurité de 200 mètres autour des habitations et des enclos abritant des animaux.
  • Instauration d’un taux d’alcoolémie maximal de 0,2g/litre de sang lors de la pratique de la chasse.
  • Obligation d’obtention d’un certificat médical annuel de capacité à la chasse délivré par un médecin agréé.

Adopter une position internationale responsable

  • Impulser une politique européenne visant à mettre un terme définitif à la chasse des globicéphales aux Îles Féroé (Danemark).
  • Intégrer dans nos relations diplomatiques avec le Japon l’exigence de l’abandon de la chasse aux baleines.
  • Intégrer dans nos relations diplomatiques avec le Japon l’exigence de l’abandon de la chasse aux dauphins (baie de Taiji).
  • Interdire toute importation de trophée de chasse d’animaux exotiques.

Le programme du Parti animaliste est régulièrement enrichi grâce au travail d’expertise dont il bénéficie de la part de différents acteurs de la cause animale.